La fatigue liée à la pandémie : les moyens d’en faire face

Le confinement a commencé depuis mars 2020, ce qui réduit considérablement le moral de toute l’humanité, particulièrement les Français. L’anxiété, l’incertitude, les mesures de restriction et la distanciation sociale ont des effets néfastes sur la santé mentale. En se sentant constamment soucieux des restrictions et du risque de contamination, on peut être atteint par la fatigue pandémique.

La fatigue pandémique : présentation générale

Pour toute personne, le stress sans cesse, lié à la pandémie, entraîne différentes émotions. Cela peut se présenter sous forme de dépression, de solitude, d’angoisse et de peur. Pour les professionnels de la santé, cela est dû à la fatigue pandémique. Il s’agit d’un sentiment d’épuisement, face à la pandémie qui se voit éternelle. Si cette situation continue ainsi, ce syndrome toucherait tout type de personnes et d’âge. Actuellement, elle touche la grande majorité des jeunes ainsi que les personnes âgées.

Les surcharges médiatiques et le manque d’interaction aggravent l’épuisement relatif à la pandémie, ce qui est complètement compréhensible. De toute manière, la première chose qu’on doit mettre en tête est qu’il s’agit d’un mauvais moment à passer. Tôt ou tard, cette situation reviendra à la normale.

La fatigue pandémique : les symptômes

Lorsqu’on commence à manquer d’énergie, il s’agit du premier symptôme de la fatigue pandémique. Cela se manifeste même à la suite d’un repos adéquat. Toute personne, susceptible au syndrome, risque davantage de se sentir irritable, démotivée, anxieuse et déprimée. Elle risque également d’être atteinte par les insomnies. En temps normal, on peut être stressé par les situations qui sont faciles à gérer. Parfois, on a du mal à se concentrer sur les tâches quotidiennes. D’autres symptômes consistent au manque de respect à la distanciation sociale et au port du masque. Par ailleurs, la prise d’alcool ou de drogue risque d’accroître le niveau de la fatigue pandémique. Au cas où on commence à sentir une partie ou la totalité de ces symptômes, le meilleur réflexe consiste à consulter un psychologue.

La fatigue pandémique : la réduction de son impact

Afin de réduire considérablement la fatigue pandémique, l’OMS recommande les dirigeants de se servir de ses formules. Cette organisation incite la communication de manière claire, transparente et compréhensible. Cela permet de réduire, de manière significative, le niveau d’anxiété au sein de la population. Par ailleurs, elle recommande la mise sur la population au lieu de la condamnation. Dans ce cas, cette action implique la participation de la société civile dans la recherche d’autres solutions. En entendant la mise en œuvre de ces recommandations, la prise des mesures personnelles constitue un bon démarrage, grâce à :

  • L’évaluation de l’état de santé mentale
  • La demande de l’aide d’un autrui
  • La méditation et les exercices de respiration
  • La pause médiatique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*